Overblog Suivre ce blog
Editer la page Administration Créer mon blog
/ / /

 

 

Caricature Ruben Lopez (1981)

 

J'ai écrit et enregistré cette chanson en 1985 en hommage au film éponyme de Jean-Luc Godard qu'il réalisa 25 ans plus tôt avec Jean-Paul Belmondo dans le rôle de Michel et Jean Seberg dans celui de Patricia. Le souffle d'audace contenu dans ce film en fit le manifeste de la Nouvelle Vague.


Nota : n'oublions pas qu'en 1985 la boîte à rythme fait ses débuts dans les studios amateurs…

 

   

À bout de souffle (1985)                                à JLG


À 16 h 56                       

Patricia lui sourit

et sort téléphoner

aux flics le dénoncer

        

À 16 h 57                                   

Plan moyen sur sa tête                       

Il dort sur le bureau                                                                       

Elle revient au studio                                   

                                                                                               

À 16 h 58

- J' t'emmène en Italie

Berruti vient d'app'ler

il me prête sa Coupé


- Non, Michel je n' pars pas

 les flics s'ront bientôt là

Je viens d' leur signaler

où ils peuvent te trouver

 

- Ça n' va pas, t' es cinglée!

- J' sais pas, c'est compliqué

mais je ne voulais pas

rester avec toi

 

Tu dois partir maint'nant,

Michel, qu'est-ce que t'attends?

- Non, j' reste, j'en ai marre

j'ai envie d'un plumard

                                                                       

17 heures zéro trois                                               

Berruti en Simca

déboule dans la rue                       

Michel l'a aperçu


- Fous le camp, Antonio                                   

les flics sont dans not' dos

- Merde ! Allez, grimpe là-d'dans !                                   

- Non, j' reste, toi, fous l' camp!

 

17 heures zéro quatre

Berruti s' casse en hâte

lance son automatique

à Michel, mais les flics…


Il est touché il court

il trébuche mais il court

Dans la rue Patricia

le rattrape, mais déjà…

 

17 heures zéro cinq

Le travelling prend fin

Michel s'est écroulé

C'est dégueulasse… c'est…

                                                

 

L'affichage numérique                                               

du magnétoscope dit que

c'est dimanche aujourd'hui                                   

Paris 17 heures six

                                   

Voilà 17 heures sept                                               

J' rembobine la cassette                                   

il neige doucement                                               

il neige sur l'écran                                               

                                                                       

17 heures zéro huit

Idolâtrie d'un mythe

J' veux t' voir encore une fois

vivre ta vie pour moi


17 heures huit neuf dix

Je passe ma vie assis

enfoncé dans un pouf

devant toi "À bout d' souffle"

À bout d' souffle ! 

 

© Christian Girier

Partager cette page

Repost 0
Published by